50 ans et alors ?

50 ans et alors ?

Et si dépasser les 50 ans ouvrait la porte à une période propice à l’épanouissement personnel ? A l’heure où l’avancée en âge des femmes et la ménopause sont encore des sujets tabous, nous avons souhaité donner la parole à des femmes qui après 50 ans « renaissent » avec bonheur et bienveillance.

Découvrez leurs témoignages édifiants qui leur ouvrent de nouveaux horizons de vie. C’est l’expérience de Marie-Hélène Cossé, qui lance à 50 ans le magazine Mid&Plus écrit par des femmes et pour des femmes. Elle donne la parole à toutes ces femmes qui se frayent avec bonheur un nouveau chemin après 50 ans. Les influenceuses Carole et Maria ont, quant à elles, décidé de partager, via leurs réseaux sociaux, l'univers joyeux et bienveillant que leur offre cette nouvelle ère de vie.

NABILA

Juin 2022

1. L’interview de Marie-HélènE

  • Marie-Hélène Cossé | Mid&Plus

    Fondatrice & Directrice de rédaction Mid&Plus

  • Comment est né le projet Mid&Plus ? D’une rencontre ou d’un événement ?

Je dirais les deux. À la cinquantaine, alors que je travaillais depuis de nombreuses années déjà dans un cabinet d’avocats d’affaires à Paris, je déjeune avec une amie d’enfance qui se plaint d’avoir négligé sa carrière pour avoir suivi son mari en province et me dit être « une bonne à rien ». Je bondis ! Mon amie est très talentueuse et notamment une excellente plume. De mon côté, j’ai toujours aimé écrire et noircir des cahiers depuis l’adolescence. C’est ainsi qu’est née l’idée de Mid&Plus ! Il faut dire que le timing était bon car, de mon côté, j’étais arrivée au bout de l’envie de travailler dans l’univers très masculin des avocats. Je souhaitais me tourner vers les femmes et notamment celles de ma génération approchant de la cinquantaine et plus, les Mid (mid pour moitié de vie). Par ailleurs, je ne me reconnaissais pas du tout dans la plupart des magazines en ligne ou de la presse écrite. C’est de tous ces facteurs conjugués qu’est née l’idée de lancer un site internet écrit par des femmes posant chaque semaine un regard créatif et positif sur le monde au féminin. 

  • Si tu devais refaire les choses changerais-tu quelque chose ?

Non,je ne changerai rien. Chaque pas que j’ai fait, chaque cap que j’ai franchi aeu sa raison d’être au moment où je l’ai fait et  m’a amenée là où je devais aller. J’aitoujours été une femme qui va de l’avant, qui ne se retourne pas. Je n’ai pasde regrets, j’avance.


  • Finalement qu’est-ce que Mid&Plus t’a appris sur la vie ? et sur le rapport au corps ?

La merveille de Mid&Plus ce sont toutes ces femmes différentes que j’ai rencontrées pour le site depuis sa création en 2014, toutes celles dont nous avons brossé le portrait, des femmes qui ont osé, pris des risques, sont sorties de leur zone de confort, ayant toutes en commun cette lumière particulière qu’elles dégagent et qui fait leur beauté. Sans oublier les nombreuses thérapeutes que j’ai interviewées, un monde parallèle que j’ignorais jusqu’alors, et qui m’ont ouvert la voie vers le bien-être du corps et donné une autre vision du vieillir autrement et du mieux-vivre. Pratique du yoga, de la marche, respiration, méditation, naturopathie, nutrition, cosmétiques naturels, massage, soin du corps : ma vie a changé ! Je n’étais plus simplement un « esprit », je suis devenue un esprit habitant un corps que j’ai écouté et commencé à chouchouter.


  • Comment vois-tu le changement du rapport au corps ? 

Le changement par rapport à nos mères est impressionnant ! Nous avons repoussé les limites du vieillissement en adoptant le « bien vieillir ». Aller bien dans son corps pour aller bien dans sa tête, « être alignée » comme on dit, permet de bien vieillir, pour soi-même et ainsi pour les autres. Car pour s’occuper des autres, il faut d’abord aller bien soi-même, une approche fondamentale que n’avaient pas nos mères et nos grands-mères !


  • Que signifie pour toi « être belle » après 50 ans ? Quels conseils de beauté au sens large donnerais-tu à ces Mid ?

Être belle après 50 ans, c’est être en accord avec la vie qu’on mène, vivre ce qui nous correspond une fois réglées les blessures de l’enfance et de l’adolescence et bien sûr prendre soin de notre enveloppe charnelle. Après tout, c’est elle que nous habitons et que nous allons habiter pour certaines d’entre nous pendant 50 ans encore ou presque, alors mieux vaut commencer sans tarder si ce n’est pas déjà fait ! Certaines ont cette conscience tôt, dès la ménopause qui est une sorte de déclencheur chez la plupart des femmes. Chez d’autres c’est plus tardif. C’est souvent l’exemple d’autres femmes qui inspire et infuse, d’où l’importance d’être des modèles les unes pour les autres. Je m’inspire des autres pour inspirer à mon tour !


  • Penses-tu que le besoin ou la recherche de sensorialité devient plus important après 50 ans ? 

Oui tout à fait. J’y vois plusieurs raisons. Nous nous sommes souvent oubliées dans notre carrière, l’éducation de nos enfants, le soin à nos parents vieillissants et pour celles qui, comme moi, avons passé nos journées enfermées dans un bureau, nous avons perdu le contact avec la nature pourtant essentiel. J’ai ressenti très fort ce besoin à soixante ans. Armée de mon bâton et de mon sac à dos, je suis partie marcher en solo d’une seule traite du Puy en Velay à Santiago de Compostela. 1.600 kilomètres reconnectée à la nature m’ont rendu les odeurs, les couleurs, les sons, les lumières, les sourires des rencontres, la joie des plaisirs simples, le retour à l’essentiel. Je suis impressionnée quand je parcours les photos de moi prises sur le Chemin de voir la lumière incroyable qui se dégage de moi, pourtant ni maquillée, ni coiffée. Je pense que c’est cela qui transparait : la sensorialité retrouvée grâce à la reconnexion avec la nature. J’ai d’ailleurs tout quitté au retour pour partir vivre au milieu de la nature à Saint Jean Pied de Port, petit village basque au pied des montagnes.


  • Pourquoi avoir choisi la marque et les soins L’ODAÏTÈS et pourquoi y restes-tu fidèle ?

J’ai fait un interview/portrait de Nabila, la fondatrice, en 2016 pour mon site Mid&Plus. Elle venait de créer sa marque avec ses deux sœurs. J’étais très intéressée par son parcours, un changement de vie à 360°, et par cette aventure familiale de trois sœurs revenues aux onguents et aux parfums de leur enfance. J’ai aimé la façon dont elle parlait de la peau des femmes Mid. « Chez une femme mature ce qui est important ce ne sont pas les rides qu’elle porte, mais la lumière et l’éclat qu’elle irradie grâce au soin qu’elle apporte à sa peau. ». J’ai testé les produits, c’était il y a six ans, et je n’en ai plus jamais changé ! Ma peau ne tire plus, elle a retrouvé éclat et élasticité et bien sûr je suis très sensible au fait que les produits sont quasiment 100% naturels. Aujourd’hui, il n’est plus question de mettre sur sa peau des cosmétiques dont on ne connait pas l’origine.


2. Des influenceuses aux témoignages inspirants...

D’autres témoignages d’influenceuses "pro-âge" #silversisters qui souhaitent contrer le diktat relatif au vieillissement de la femme en sensibilisant leurs communautés grâce à leurs réseaux sociaux. 
  • Carole | @carole.rnt

    Silver model #silverhair #proaging #happyquinqua

Comment abordez-vous le passage à la cinquantaine ? 

"Ce mois-ci j’ai eu 50 ans. L’arrêt des colorations de mes cheveux il y a 4 ans m’a aidée à accepter de vieillir sans me soucier des diktats de la société et du regard d’autrui. En a découlé une plus grande confiance en moi. J’aspire à plus de liberté pour profiter sur ces quelques années où je ne suis pas encore grand-mère et où nos parents n’ont pas encore besoin de nous."


Quels conseils auriez-vous à partager pour traverser au mieux cette période ?

"De plus en plus la parole se libérant autour de la ménopause, je la perçois comme une étape naturelle dans la continuité de ma vie. Je prends aussi beaucoup plus soin de ma peau en l’hydratant, en me protégeant du soleil et en m’accordant des moments bien-être.

Pour entrer sereinement dans la cinquantaine, il est primordial de s’accorder du temps, de penser à soi et surtout de s’écouter. Je ne dirais pas que je suis plus heureuse mais en tout cas bien mieux dans mes baskets!" 

Que représente pour vous la cinquantaine ?

"Je vais partager avec vous un témoignage écrit dans le livre « AINSI SOIENT-ELLES » d’Emma Martin : [Je suis très inspirée par les mots « renaissance et émancipation ». Ils traduisent parfaitement ce que je ressens. Je définis les femmes de plus de cinquante ans comme des femmes indépendantes, qui n’ont absolument rien à prouver à qui que ce soit, avec de l’expérience sur la vie. Des warriors !]"


Comment, selon-vous, est-il possible de démystifier cette fameuse période de la cinquantaine ? 

“Je pense que ça vient tout d’abord de l’éducation et de la vie en général, j’essaie de faire passer le message à mes enfants, leur dire que vieillir est un processus tout à fait naturel, on ne peut pas s’empêcher de vieillir. Vieillir est un vrai privilège que tout le monde n’a pas, et c’est le mot que je retiens : privilège. Le privilège de vieillir.”


Quels seraient vos conseils pour accepter de vieillir ?

“Il y a tout un changement avec la ménopause qui est la fin de quelque chose, la fin d’une vie mais aussi le début d’une autre vie. Il ne faut pas avoir peur de vieillir tout simplement.” 


A vous de jouer et de garder le cap du bonheur ! C’est une des clés de la beauté ! 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé(e) de nos articles !

* champs obligatoires