Conseils pour traiter les cicatrices

Voilà un certain temps que vous nous interrogez sur les cicatrices et leurs réactions aux soins cosmétiques, nous profitons alors de la Journée Mondiale du Cœur pour vous en parler plus en détail mais également pour partager avec vous notre soutien à l’Association « Petit Cœur de Beurre » qui a pour vocation de lutter contre les cardiopathies congénitales en apportant un soutien aux familles, aux structures hospitalières et également à la recherche. Pour sensibiliser à cette cause, cette association et le photographe Antoine Dominique ont récemment lancé une plateforme de témoignage « Ma cicatrice, mon hymne à la vie » comme symbole vivant de leur victoire sur la vie ! Voyons ensemble le cours de la vie d’une cicatrice et les traitements et conseils à y apporter pour l’atténuer, qu’elle soit d’origine chirurgicale ou pas, puisque même un simple bouton d’acné peut laisser ses traces de souvenir...  

Qu’est-ce qu’une cicatrice ?

Conséquence d’une opération, d’une blessure ou d’une brûlure, la cicatrice est en fait plutôt un bon signe ! En effet, elle signifie que les tissus fibreux abimés lors de la blessure se sont régénérés faisant ainsi apparaître, à terme, ces marques claires reconnaissables qui forment une cicatrice.

Une blessure superficielle ne génèrera pas forcement une cicatrice. Si la lésion n’a atteint que l’épiderme, couche supérieure du derme, alors la peau est en mesure de se réparer facilement en produisant de nouvelles cellules cutanées qui ne laisseront aucune trace. Mais si, au contraire, la lésion a atteint et détruit le derme, deuxième couche du tissu cutané, alors ce dernier sera remplacé par un tissu cicatriciel principalement composé de collagène et d’élastine qui provoquera ainsi l’apparition d’une cicatrice insensible, dépourvue de poils et de glandes sudoripares.

Le processus de cicatrisation s’opère en 3 phases principales. Durant la première phase, les tissus morts sont éliminés par l’organisme durant une semaine puis de nouveaux vaisseaux sanguins bourgeonnent permettant ainsi l’apport d’oxygène et de nutriments. Ces derniers sont essentiels à la réparation qui s’accomplit durant la seconde phase avec une prolifération massive de cellules, de vaisseaux sanguins et de fibres. La dernière phase est la phase la plus longue, elle démarre près de 6 mois après l’incident, commence à se stabiliser après 12 mois et ne prend véritablement fin qu’après 18 mois. C’est une phase de maturation où la peau finit par retrouver sa structure mais sa couleur restera plus ou moins blanche et demeurera moins élastique. Ce n’est qu’à la fin de ce processus que vous pourrez atténuer si besoin son apparence par la chirurgie.

Cependant, les cicatrices ne se ressemblent pas. Elles diffèrent selon la couleur de peau, la partie du corps concernée et le type de cicatrice pathologique ou non pathologique. Plus la peau sera foncée et plus la cicatrice sera marquée et lente à se stabiliser. Les jeunes enfants sont plus à risques. On distingue généralement deux types de cicatrices pathologiques différentes.

  • La cicatrice hypertrophique, elle résulte d’une réponse excessive et anormale du tissu cutané et se cantonne aux limites du traumatisme initial.
  • La cicatrice « chéloïdienne » qui met beaucoup de temps à guérir et s’étale au-delà des limites du traumatisme initial.

Les cicatrices d’acné et de varicelle sont parfois atrophiques. Ce sont leurs bactéries qui freinent le processus de réparation et laissent ces tâches brunâtres ou cicatrices en creux. Nous traiterons prochainement dans notre blog le sujet de l’acné et les solutions pour le traiter naturellement.

De manière générale, le processus de cicatrisation va évidemment dépendre de l’état de santé. Il sera en particulier ralenti chez les fumeurs, les diabétiques et les personnes en manque de vitamine A et C, d’oligoéléments comme le zinc.

Bonnes pratiques et conseils pour soigner vos cicatrices

Il n’existe pas de remède miracle pour faire disparaître une cicatrice sans chirurgie. Mais vous pouvez agir pour donner toutes les chances de l’atténuer au maximum et d’améliorer grandement son aspect.

Pensez tout d’abord à l’hydrater régulièrement. Plus la peau est hydratée, plus les actifs réparateurs circuleront et favoriseront la division et la migration cellulaire. L’hydratation est donc essentielle à la  régénération des cellules. Mais attention si vous avez recours à un pansement, ce dernier ne doit pas être humide. Il ne faut pas confondre le phénomène de cicatrisation en milieu humide avec un « pansement humide » !

L’idéal est de masser tous les jours plusieurs fois et pendant plusieurs mois pour maintenir la souplesse et l’élasticité de la peau. Les huiles végétales, à condition qu’elles soient vierges, riches en actifs cicatrisants sont de précieux alliées, optez par exemple pour l’huile vierge de pépins de figue de barbarie, de jojoba, de dattier du désert. Vous pourrez doper l’action cicatrisante en faisant appel aussi à des huiles essentielles telles l’huile essentielle de romarin ou de lavande qui au-delà de leurs actions vont aussi doper la pénétration en profondeur des actifs. Notre sérum redensifiant « Elixir Bonheur » est à ce titre bien précieux au vu de sa composition pour vous aider à traiter les cicatrices du visage. C’est un bouquet concentré rassemblant tous ces actifs botaniques vierges pour un massage du visage sans laisser aucun film gras.

Pensez à protéger vos cicatrices du soleil été comme hiver d’une crème solaire d’indice 50+ tant que le processus de cicatrisation n’est pas terminé. Evitez également le sauna. Si vous portez des vêtements serrés, pensez à protéger votre cicatrice avec un pansement pour éviter tout frottement et ne pas ralentir le processus de cicatrisation.

Voilà ce que vous pourrez faire par vous-même déjà pour atténuer l’aspect d’une cicatrice. Vous pourrez après faire appel à des professionnels. Il existe plusieurs alternatives qui pourront y participer à commencer par l’ostéopathe qui pourra agir sur la cicatrice par des techniques consistant à stimuler les tissus sous-jacents à la cicatrice. Ou encore le kinésithérapeute qui par la technique de l’endermologie va venir « réveiller » les cellules profondes, agir sur les fibroses, drainer et intervenir ainsi de manière indolore sur les cicatrices. il est possible d’agir sur tous les types de cicatrices  et de limiter les recours à une nouvelle intervention. Au-delà de ces alternatives, c’est le dermatologue qu’il faut consulter qui en fonction de la cicatrice et de sa particularité, il va déterminer la thérapie la plus adaptée et utiliser la palette de solutions à sa disposition (laser, injections sous-cutanées, opération esthétique de la cicatrice, cryothérapie, dermabrasion, etc..). Dans le cas de cicatrices hypertrophiques, les dermatologues font souvent appel à des injections de corticoïdes voir même avec des injections à action « retard » espacées de 3 à 6 semaines pour faire perdurer l’action et ce, jusqu’à deux ans après votre opération.

Découvrez notre sérum Elixir Bonheur pour traiter vos cicatrices du visage ci-dessous ! 

Elixir Bonheur