Le microbiote cutané

La peau est un véritable organe capable de créer ses propres conditions de survie et de se défendre des agressions extérieures. Mais si cet organe est aussi puissant, c’est en grande partie grâce à une légion de milliards de micro-organismes (bactéries, virus, champignons, acariens et parasites) invisibles à l’œil nu, appelée le microbiote, qui cohabitent en harmonie avec notre corps et participent à sa défense contre les agressions extérieures. Chaque cm2 de la peau contient 1 milliard de bactéries et des centaines d’espèces colonisent la peau en permanence.  

Le microbiote varie d’une personne à une autre, c’est une véritable carte d’identité ! Il existe un microbiote propre à chaque peau et un microbiome - ensemble des gènes présents dans un microbiote – propre à chaque être humain, aussi important que les gènes de nos chromosomes. Chaque individu porte 100 fois plus de gènes bactériens que de gènes humains. Sa découverte permet d’expliquer certaines odeurs corporelles, différentes irritations à la surface de la peau, les effets secondaires de certaines substances, etc.

Les chercheurs découvrent encore aujourd’hui de nouveaux micro-organismes et se donnent comme défi de comprendre le rôle précis de tous ces hôtes.

Mais comment ces micro-organismes peuvent être à l’origine de la bonne santé de notre peau ? Comment agit ce microbiote cutané et pourquoi est-il si important d’en prendre soin ? On vous explique tout…

Le microbiote cutané

Vous avez surement déjà entendu parler du microbiote, notamment du microbiote intestinal désigné par flore intestinale… C’est cet ensemble de bactéries présentes dans l’estomac et les intestins qui maintient votre santé en jouant un rôle prépondérant dans les réponses immunitaires aux infections qui pourraient vous toucher.

Le microbiote cutané a globalement la même action mais se concentre sur la peau et lutte contre les inflammations et infections cutanées. Aussi appelé flore cutanée, il se situe principalement au niveau de l’épiderme et se développe progressivement avec l’âge pouvant atteindre jusqu’à 1000 milliards de bactéries et pas moins de 1000 espèces de virus ! Ces chiffres peuvent donner le vertige, surtout quand on pense à l’aspect nocif de ce que nous appelons communément « bactéries » et « virus »… Mais pas d’inquiétude, la plupart de ces bactéries sont au contraire des pépites pour notre peau !

Alors, comment participent-elles à la santé de notre peau ? Il faut tout d’abord se tourner vers les micro-organismes qui composent ce microbiote cutané.

Il comprend deux types de bactéries, les bactéries commensales qui sont un cadeau de la nature et les bactéries pathogènes qui peuvent être nocives et génératrices de maladies. Tout est une question d’équilibre, il faut en effet un juste milieu pour entretenir le bon fonctionnement du microbiote cutané. Les bactéries commensales sont ces bonnes bactéries qui vont nous protéger des bactéries pathogènes grâce à leurs vertus antimicrobiennes et jouer un rôle dans les réponses immunitaires de la peau pour contrôler les infections cutanées. Les bactéries commensales sont loin d'être une flore figée et passible, elles communiquent entre elles via des messages chimiques à distance qui leur permettent de déclencher une action commune. Pour elles, notre peau est une réserve de nourritures sous forme de lipides et de protéines. En retour, elle secrète une matière hydratante, un film qui empêche notre peau de se dessécher, de se craquer ou d’ouvrir une brèche à des envahisseurs microscopiques.

Une peau irritée, avec des rougeurs et boutons peut être le signe d’un microbiote cutané affaibli car ses bactéries commensales ne sont pas assez nombreuses pour contrer ses bactéries pathogènes.

L’équilibre de ce microbiote cutané est donc particulièrement fragile d’autant plus qu’il va évoluer selon plusieurs facteurs environnementaux et aussi ses propres micro-environnements que sont les zones sèches, les zones humides et les zones grasses, riches en sébum, situées principalement au niveau du visage. Autant de zones qui nécessiteront une attention toute particulière pour préserver votre flore cutanée…

La peau et le microbiote cutané, une synergie parfaite

L’un ne peut fonctionner correctement sans l’autre…

Le microbiote, première barrière de défense de la peau, vit en parfaite symbiose avec la peau.  Ces deux entités vont ainsi coopérer contre le développement des bactéries pathogènes afin de limiter les infections cutanées et de favoriser leur guérison.

Le microbiote et ses bactéries commensales vont former une première barrière qui empêchera les germes des bactéries pathogènes de se fixer à l’épiderme. Si jamais certains germes nocifs arrivent néanmoins à passer cette barrière, ils seront détruits par les cellules de l’épiderme qui contre-attaquera en synthétisant des molécules toxiques, les bactériocines. Ce procédé permettra de produire des anticorps qui agiront ainsi comme des antibiotiques pour tuer ces mauvaises bactéries.

Mais ce n’est pas tout, si le travail amont des bactéries commensales et de l’épiderme ne suffit pas, la variation de l’acidité générée par le film hydrolipique de la peau, viendra freiner la prolifération des germes produits par les bactéries pathogènes. Enfin, la peau produira quant à elle des cellules immunitaires qui pourront la protéger des éventuelles infections causées par ces mauvaises bactéries.

Autant dire que cette parfaite harmonie laisse peu de place aux inflammations et infections cutanées… à condition que les soins cosmétiques respectent cette harmonie.

Comment préserver l’équilibre du microbiote cutané ?

Il est primordial de prendre soin et de veiller à la santé du microbiote cutané. Cette flore cutanée, intimement liée à la peau, est en effet affectée par la desquamation de la peau qui permet son renouvellement constant mais aussi par l’usage de produits de soins agressifs que vous utilisez, notamment pour nettoyer votre peau.

Comme vous le savez le nettoyage de la peau est indispensable le soir pour éliminer toutes les impuretés accumulées dans la journée – pollution, sébum, sueur, cellules mortes, etc… – qui détériorent la flore cutanée, obstruent les pores, ternissent le teint et limitent l'absorption de vos soins.

Vu la fragilité de cette flore cutanée, il est donc essentiel de choisir un soin nettoyant respectueux de cette flore, c’est-à-dire que les ingrédients qui ont pour fonction de nettoyer soient doux, d’origine végétale et surtout dotés de principes actifs riches permettant d’enrichir ou préserver cette flore. C’est exactement dans cet esprit que nous avons formulé notre lotion multi-actions Pure Merveille, à base de jus frais d’Aloe vera  et d’eau florale d’oranger distillée à la vapeur ; deux actifs qui renforcent les bonnes bactéries. Bien sûr, Si vous portez un maquillage intense ou persistant, l’usage préalable de l’huile démaquillante Philtre Sacré est indispensable. Là aussi, comme vous le savez notre huile démaquillante va se différencier des autres par une composition à base de véritables huiles végétales et d’un tensioactif hyper doux et donc absolument pas abrasif. Ce dernier induit un mode d’emploi de notre huile démaquillante différent des autres huiles mais assure en revanche un véritable soin pour votre flore cutanée et votre film hydrolipidique.

Surtout, évitez le nettoyage du visage au savon qui va altérer les lipides cutanés de surface qui jouent un rôle de protection majeur. En effet, la majorité des savons ont un tensioactif fort et/ou un pH supérieur à 7 qui est donc trop élevé et néfaste pour le microbiote cutané pouvant causer ainsi des inflammations cutanées.

Cependant, certaines maladies cutanées liées à un dérèglement de la diversité bactérienne comme l’acné, la dermatite atopique ou encore le psoriasis ne peuvent être régulées par des soins cosmétiques et doivent être prises en charge par un dermatologue pour obtenir une véritable guérison. On vous en parlera dans un prochain article dans lequel nous ferons intervenir une dermatologue qui pourra nous éclairer sur les différents problématiques de peau et leur traitement.